"À tous ceux, amis et camarades, qui nous ont aidés et en particulier à BdB, AM, A et à P"

Cette revue - et le site qui lui correspond - sont le produit d’un groupe de camarades qui se sont donné pour tâche « la critique impitoyable de tout ce qui existe » (Marx).

A l’heure tragique de la quasi-disparition des luttes ouvrières autonomes et de l’éloignement de la perspective communiste, nous estimons qu’il ne nous reste comme principale arme de lutte que celle de la critique.

 

Nous avons, pour la plupart d’entre nous, un passé plus ou moins long de militants ouvriers et politiques dans le courant que l’on peut qualifier, par défaut, d’ultra-gauche.

 

Dans cette période défavorable, nous tenons particulièrement à contribuer à la retransmission des expériences et des leçons historiques du prolétariat révolutionnaire et ce, au- delà de la routine des sectes et de tout activisme démobilisateur.

 

Cette démarche critique s’impose en tant qu’unification de la théorie et de la pratique, c’est-à- dire comme « activité pratique critique ». La théorie révolutionnaire est ainsi indissociable de la critique.

 

Face à l’absence des luttes autonomes significatives et à la déliquescence des formations politiques autoproclamées, nous préférons laisser aux lecteurs la possibilité d’apprécier et de juger nos contributions sans nous réclamer formellement de tels ou tels courants ou filiations formelles qui s’enferment pour la plupart dans la répétition inopérante et/ou les innovations sans principe.

 

C’est pourquoi, nous avons mis en exergue de cette revue et de ce site la phrase pour le moins pertinente de Bordiga : « La critique sans l'erreur est mille fois moins nuisible que l'erreur sans la critique »1 afin de souligner l’importance inégalée de cette méthode, à fortiori dans  des périodes défavorables.

1 A. Bordiga : « Le danger d'opportunisme et l'Internationale »; Invariance n°10 série I